Entre détente et apprentissage

Au Fort Gibraltar, plaisirs et découvertes historiques se mêlent en toutes saisons. L’histoire remonte aussi loin que 1809, quand un premier poste de traite de la Compagnie du Nord-Ouest est construit au confluent des rivières Rouge et Assiniboine. Ce Fort Gibraltar a joué un rôle important dans le développement de la colonie de la Rivière-Rouge. Le Fort d’origine a été capturé par les colons écossais de Selkirk en 1816.

Plus de 160 ans plus tard, en 1978, le Festival du Voyageur construit dans le parc Whittier, au bout de la rue Saint-Joseph, une réplique du Fort Gibraltar. « La reconstitution a déjà duré quatre fois plus longtemps que le fort originel! » fait remarquer Nicolas Audette, gérant du marketing et des communications au Festival du Voyageur.

Le Fort d’aujourd’hui comprend notamment la forge, la cabane des engagés, deux tours, le poste de traite, l’atelier, l’entrepôt de pemmican, ainsi que la Maison du Bourgeois en son centre. Les visiteurs n’hésitent pas à pousser ses portes pour l’explorer, été comme hiver lors du Festival du Voyageur. « C’est un site très attractif pour petits et grands, assure Nicolas Audette. Un beau mélange de découvertes historiques et d’amusement. »

Du mercredi au dimanche dès le 13 mai (1), le public pourra cet été encore parcourir le Fort et rencontrer ses interprètes en costumes de l’époque de la traite des fourrures. « Les interprètes font revivre l’histoire, ils recréent les éléments clés de la vie des voyageurs dans la colonie de la Rivière-Rouge, sans oublier les contributions marquantes des peuples des Premières Nations », dévoile Nicolas Audette.